[ 9 mai 2017 by Catherine Blairon 0 Comments ]

Formation professionnelle : le point après l’élection présidentielle

longue vue2 jours après l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République, les spéculations sur son futur gouvernement vont bon train. Une chose est sûre, parmi les proches du nouveau président élu, 2 personnalités de la société civile sont spécialistes de la formation des adultes :

Catherine Barbaroux, ex-déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle, nouvelle présidente d’En Marche !
et Marc Ferracci, économiste et auteur d’une thèse sur la formation professionnelle des chômeurs (sic), qui avait présenté le programme d’Emmanuel Macron pour la formation des adultes lors du Grand Oral organisé par le Collectif des présidents pour l’amélioration de la formation professionnelle et qui pourrait hériter d’un portefeuille à Bercy.

Est-ce leur influence ? Toujours est-il que, à peine 3 ans après la réforme de 2014, jugée insuffisante et inadaptée aux enjeux du monde du travail actuel par le candidat Macron, le programme du nouveau président prévoit à nouveau une réforme importante.

[divider]

Un excellent article de Marc Dennery (C-Campus) en décrypte la mécanique : les différents volets prévoient en effet un investissement de 15 milliards d’euros dans la formation des demandeurs d’emploi, la fusion du CIF avec le CPF, et donc pour garantir la qualité de l’orientation et de la formation, un accompagnement et un contrôle de la qualité accrus. La simplification est au coeur de cette réforme, et partant, conclut Marc Dennery, la question du devenir des OPCA sera au cœur des futurs débats législatifs.

Cela promet des semaines et des mois riches de changements, que nous ne manquerons pas suivre de très près : nous vous proposons de partager ces informations et décryptages lors de nos prochaines journées « La Qualité en Formation » le mercredi 5 juillet et le vendredi 20 octobre 2017 , de 9h à 17h30 chez SIPCA à Boulogne.

[ 20 avril 2017 by Catherine Blairon 0 Comments ]

BMO 2017 : le besoin de formateurs en hausse !

L’édition 2017 de l’enquête Besoin de Main d’Oeuvre annuelle de Pôle Emploi vient de paraître. Si au plan général, les projets de recrutement sont à la hausse, qu’en est-il pour les formateurs ?

13348 recrutements prévus en 2017

De 12268 projets de recrutement de formateurs en 2015, on passe à 12610 en 2016 et 13348 en 2017, soit une hausse de près de 9% en 2 ans.

BMO 2017

Nombre de projets de recrutement de formateurs en 2017 (source BMO Pôle Emploi 2017)

Le métier de formateur a donc le vent en poupe, et cette tendance devrait se confirmer après les élections présidentielles puisque tous les candidats s’accordent pour voir dans la formation professionnelle un outil nécessaire et efficace pour favoriser le retour à l’emploi et permettre l’adaptation de tous les professionnels aux mutations technologiques de l’environnement.

Outre l’Ile-de-France qui reste la 1ère région, la demande en formateurs se développe en Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, et en Occitanie dont les besoins sont en forte progression.

45% des recutements jugés “difficiles”

Plus étonnant est la difficulté exprimée par les recruteurs à dénicher la perle rare : 45,4% des recrutements de formateurs sont jugés “difficiles”, un chiffre en augmentation de 28% par rapport à 2016 !
Il s’explique peut-être par l’application depuis le 1er janvier d’une réforme qui oblige dorénavant les commanditaires à vérifier la qualification des formateurs engagés. Ceux-ci peuvent alors justifier de leurs compétences par l’obtention d’une certification ou d’un titre RNCP tel que celui de Formateur-Consultant (nivII), en passant par une formation de formateur ou par la VAE. 2e possibilité pour les indépendants, l’une n’excluant pas l’autre, l’obtention d’un label qualité tels que la qualification au Répertoire Professionnel des Consultants Formateurs Indépendants, ou celui que propose ICPF & PSI.

Toujours est-il que la profession de formateur, qui plus est particulièrement adaptée aux professionnels en 2e partie de carrière, a de beaux jours devant elle !

 

Je souhaiterais être rappelé(e)